Dans tous les cas, on n’a pas le droit de trahir les supporters.

Depuis le mois d’octobre 2017, Francis Salagoity et Christian Deveze respectivement président du Conseil de Surveillance et du Directoire de l’Aviron Bayonnais, ont entrepris des démarches auprès de leur homologue biarrot de l’époque, Nicolas Brusque afin de réfléchir à la création d’une « entité rugbystique territoriale ». Dès les premiers bruits de couloir en fin d’année 2017, les Socios se sont activés afin de récolter et tenter de confirmer le maximum d’informations.

C’est seulement le mardi 30 janvier que les présidents du club nous ont conviés, avec les représentants des trois autres associations de supporters, à une réunion afin de nous présenter les contours de leur projet. Lors de ce rendez-vous, il nous a paru clair que nos présidents actuels privilégiaient un projet qui entrainait la disparition pure et simple du rugby professionnel au sein de l’Aviron Bayonnais. Alors même que, une fois de plus, l’omnisport, propriétaire de la marque Aviron Bayonnais n’a pas été consulté.

Certaines de leurs décisions récentes, en particulier celle qui consiste à geler toute discussion de contrat de joueurs (renouvèlement et recrutement) jusqu’au 15 février doivent être remises en cause. Francis Salagoity et Christian Deveze sont revenus aux commandes du club en juin 2015 pour reprendre un club à la dérive suite au projet de fusion porté par Manu Mérin à l’époque. Si l’on peut les remercier d’avoir bien voulu assumer cette tâche et avoir remis le club sur les rails financièrement en montant un budget, un staff et une équipe en quelques jours, aujourd’hui force est de constater que le lien de confiance est rompu. Quand les présidents d’un club travaillent à sa disparition, dans l’ombre pendant plusieurs mois, sans associer les principaux acteurs du dossier, leur légitimité est clairement remise en cause.

Le CA des Socios, supporters actionnaires du club, réuni en ce mercredi 7 février considère que les conditions ne sont plus réunies pour que la mission confiée aux présidents Salagoity et Deveze puisse être menée dans des conditions acceptables. Dans ces circonstances, nous estimons que les deux co-présidents doivent présenter leur démission. Il nous semble que le Conseil de Surveillance doit être convoqué dans les meilleurs délais afin de penser la suite des événements. Dans tous les cas, on n’a pas le droit de trahir les supporters.

Ces dernières semaines des personnalités ont montré leur intérêt pour poursuivre l’aventure sous la seule bannière de l’Aviron Bayonnais. Les Socios seront attentifs aux éventuels projets de développement du club.

Aupa Baiona ! Gora txuri urdinak !

Une pensée sur “Dans tous les cas, on n’a pas le droit de trahir les supporters.

  • 13 février 2018 à 20 h 32 min
    Permalink

    Peut être faut il parler aussi de la direction qui pour l instant se taire et laisse les presidents se démerder je dis ça je dis rien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.