on dit  » à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ! « 

Gloire à l’Aviron Bayonnais, gloire à nos joueurs de devant, à nos joueurs de derrière, à nos joueurs de coté .Car oui le péril était bien présent. Péril rouge et noir, péril d’une équipe de top niveau avec ses joueurs champion du monde d’Afrique du sud et de Nouvelle Zélande, ses internationaux français, sa manne financière, oui le péril était bien présent.

En ce beau samedi frais, l’aviron rencontre au crépuscule les toulonnais qui reste sur 4 victoires consécutives. Pas une équipe bis malgré l’absence de deux joueurs important mais une équipe rugueuse solide avec une forte dimension athlétique. La tristesse de ce match à huis clos a vite disparu devant l’engagement physique , il ne fallait pas s’échapper mais rentrer vite dans le combat.

Une première mi temps totalement réussie de nos « petits ». Très disciplinés, des choix judicieux, un engagement total avec un bon collectif permettent d’engranger un maximum de points. Un essai de vitesse par Aymeric Luc qui confirme de match en match et un groupé pénétrant d’école sur 50 mètres d’où sortait Taofifenua pour aller marquer en force. L’indiscipline varoise avec deux cartons jaunes permet aussi à notre buteur Germain d’ajouter des points de tous les coins du terrain. Et ce n’était pas l’essai de Cordin qui semblait arrêter la marche en avant de nos joueurs. 20 à 10 à la mi temps, un régal.

La question qui se posait alors était de savoir si les Toulonnais allaient continuer dans cette indiscipline, ce manque de vitesse, ces placages inquiétant et à être bousculés et contrés. La réponse fut rapide, leur coach a du « gentiment » les bouger et dés la 49 ème minute, ils marquaient par leur géant Etzebeth. Deux autres essais allaient suivre mais Germain veillait et ajoutait  deux nouveaux buts de pénalité.

Replacé à l’ouverture, Serin bénéficiait d’un essai de pénalité pour une faute grossière accompagnée  d’un carton jaune à Ruru. 35-29 à la 70 ème minute. Chahutés en mêlée, contrés en touche nos « petits » comme le disait Guillaume Ducat on fait preuve d’une grande solidarité de tous les instants et résister bien que  réduits à 13 aux assauts Toulonnais. L’entrée de Boniface sur une mêlée capitale et la pénalité obtenue montrait que notre équipe ne lâchait rien.

Patrick Collazzo, coach toulonnais disait à la fin  » Ils (les Bayonnais) méritent leur victoire. Est-ce qu’on est partis de loin ?. Pour partir de loin, il faut partir et nous, on n’est pas partis, si ce n’est les 5 premières minutes. Et à partir de là, extinction des feux, on a baissé le rideau et on a subi, on a loupé un nombre incalculable de plaquages. Il y a eu un problème d’investissement. »

Deuxième victoire de suite pour nos joueurs, le travail paye et notre staff va continuer à faire grandir cette équipe? Rappelez vous, c’est cette année qu’on avait prévu de monter en Top 14 ! Puisse notre manager, Yannick Bru avec son staff  continuer longtemps à nous régaler. Que cela fait du bien en cette époque de pandémie où le rêve est difficile et où le moindre moment de bonheur doit être pris sans retenue.

AUPA BAIONA

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.