une analyse qui passe notre club au crible

 Pour espérer un maintien en Top 14, l’Aviron doit avant tout gagner en régularité

 – Capable du meilleur comme du pire, l’Aviron Bayonnais a fait preuve de trop d’inconstance la saison dernière. Un point à vite corriger, sous peine d’une grosse désillusion.

Une victoire, deux défaites, quatre victoires, dix matches sans succès. Une série parfaitement révélatrice des maux bayonnais la saison passée entre août et février 2019. Jamais les hommes de Yannick Bru n’ont pu travailler Bayonne. Pour espérer un maintien en Top 14, l’Aviron doit dans la sérénité.

En cause ? Une irrégularité chronique. Capable de coups d’éclat comme lors de la première journée et une victoire étincelante sur la moquette du Racing 92 (24-17), les Basques sont aussi capables de se déliter à domicile, en atteste la défaite face à la Section Paloise en novembre dernier (9-3).

Au fur et à mesure de la saison, jamais les partenaires de Jean Monribot ne sont parvenus à gagner en stabilité.

Le recrutement de garçons comme Gaëtan Germain (164 matches de Top 14), Hugh Pyle (94 matches), ou John Ulugia (104 matches), rompus aux joutes de l’Élite, devrait amener davantage de sérénité et une bonne dose d’expérience à cette formation bayonnaise qui a conclu l’exercice 2019-2020 à une honorable 9e place.

Le recrutement malin : Asier Usarraga

Recruté chez les voisin biarrot, l’international espagnol Asier Usarraga (6 sélections) connaît très bien la région et ne sera pas dépaysé dans son nouveau club. En effet, il n’a eu à effectuer que les cinq petits kilomètres qui séparent les enceintes des deux plus grands rivaux du Pays Basque (Aguilera et Jean-Dauger).

Venu sur les bords de la Nive pour découvrir le Top 14 et tenter de s’imposer dans l’effectif bayonnais, le natif de San Sébastian aura sûrement du temps de jeu au sein d’une troisième ligne aux profils diamétralement opposés.

Un recrutement malin donc de la part des dirigeants basques qui s’attachent avec ce garçon de 24 ans les services d’un impressionnant combattant, et d’un rude défenseur.

Le revanchard : Gaëtan Germain

Pas épargné par les blessures la saison passée en Pro D2Gaëtan Germain n’a disputé que huit rencontres avec le FC Grenoble. Longtemps en délicatesse avec un genou, il n’a pu exprimer la plénitude de ses moyens en Isère, « seulement » 92 points inscrits, très peu pour un buteur de sa trempe.

L’arrière de 30 ans a décidé de s’engager pour deux saisons avec l’Aviron Bayonnais. Il aura à cœur de devenir un élément indéboulonnable du XV de départ, comme ce fut le cas partout où il est passé. Sa qualité de buteur devrait permettre à l’Aviron de gagner en sérénité, en grande difficulté dans ce secteur l’année passée, jusqu’à l’arrivée de Maxime Lafage qui avait bien redressé la barre.

La stat’ : 26

Bayonne est la plus mauvaise attaque du Top 14 avec seulement 26 essais marqués. Une statistique inquiétante, couplée au manque de réussite des buteurs locaux face aux perches. Dans ce marasme offensif, trois joueurs tirent leur épingle du jeu avec le centre Peyo Muscarditz (4 essais), ainsi qu’Alofa Alofa et Aymeric Luc (3 unités chacun).

Une attaque en berne, et un manque de concrétisation chronique près des lignes qui pourrait coûter très cher à l’Aviron dans sa quête du maintien. Le recrutement de l’international néo-zélandais à Vll,  Joe Ravouvou (20 sélections) par les dirigeants basques va dans ce sens et pourrait leur permettre de régler quelques soucis dans ce secteur clé.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.