en route vers un horizon flamboyant de bleue et blanc

Après leur victoire bonifiée à Nevers, l’Aviron Bayonnais recevait devant son public le RC Narbonnais, club mythique mais qui n’avait jamais gagné au Pays Basque. Entre un club qui navigue tout en bas du peloton et un club qui joue la montée, tous les supporters espéraient le bonus offensif.  Pour cela, l’Aviron a dû bataillé longtemps avant de se détacher irrémédiablement dans le dernier tiers du temps imparti.

La première mi temps montre un Aviron volontaire mais impacté par des fautes individuelles et des mouvements précipités. J’entends autour de moi des réflexions sur « un possible Grenoble » mais la majorité reste largement sur « allez, ça va venir » ou « et les gars, on est là pour quoi ? Alors il faut y croire ».

ET bien oui. La percée plein champ de Swan CORMENIER, met le feu et enflamme le stade pour l’essai de Yann DAVID à la 23ème minute. Quoi de mieux pour fêter la prolongation de son contrat ?

A aucun moment, malgré encore quelques approximations, on ne peut croire devant l’engagement et les encouragements prodigués sur le terrain que l’Aviron va retomber dans ses travers. Notre club ne va pas « tomber de Charybde en Scylla ». C’est sûr, La précision des coups de pied de Gaetan Germain et le fait que la deuxième mi-temps de « nos petits » est souvent meilleure, reste gage de réussite.

Et cela arrive dès la reprise. On voit une équipe conquérante avec un banc de force et un pack qui avance. Le collectif vu à Nevers se met en marche, Narbonne plie, s’étouffe et encaisse 5 essais en un peu plus de 40 minutes ! La pression de nos avants et le jeu mis en place ont raison de la résistance Narbonnaise.

La messe est dite et le public peut chanter et applaudir ce Bonus offensif, attendu et tellement important car il ramène L’Aviron à égalité de points avec les Montois.
La marche en avant est programmée. Messieurs les joueurs, BRAVO et surtout continuer comme cela. La prochaine journée peut commencer à être déterminante. Oyonnax se rend au stade André et Guy Boniface quand nous nous déplaçons au stade Raoul Barrière.

Allez, 10 journées à se battre, à mettre de l’engagement et du mouvement. 10 journées où tout est encore possible. On vous aime et on croit en vous.
AUPA BAIONA

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.