Une victoire est une victoire, c’est le résultat qui compte ! Suzanne Martel.

Le match qui opposait Montauban à l’aviron Bayonnais sur la pelouse de Sapiac avait valeur de test pour l’attribution des places dans ce sprint final. Montauban qui n’avait perdu qu’un seul match sur sa pelouse contre Aix en Provence, se devait de gagner pour postuler à une place dans les six tandis que Bayonne se devait aussi de gagner pour continuer d’assurer le contrat demandé par le Staff et ainsi garder la deuxième place.

« Cardiaques s’abstenir » Telle serait pour moi, la définition de ce match. Une entame parfaite, une suite au couteau où les esprits s’échauffent et une fin de match digne des phases finales comme se plaisaient à souligner les commentateurs TV.

Qu’elles étaient belles ces premières 15 minutes où « nos petits »se sont montrés intraitables. Un engagement permanent, de l’agressivité, du rythme, de la vitesse et un super collectif. Bien décalée par nos avants, notre ligne de 3/4 montrait leur valeur avec deux essais de vitesse conçus par Ravouvou qui faisait un match plein. Le spectacle était permanent, de gauche à droite, de nos 22 m aux 22m montalbanais, chaque joueur déroulait sa partition sur une musique festive!

Mais sur une action de jeu anodine, les esprits s’échauffent, Mikautadze et Paulino échangent quelques coups de poing, ce qui amène l’arbitre à exclure les deux joueurs. N’ayant plus la même dynamique, les bayonnais font preuve d’indiscipline, le match se tend et deux cartons jaunes permettent aux Montalbanais de recoller et de relancer un match qui semblait leur échapper. Que ce soit dans les tribunes ou devant la télé, on se demandait si cela allait devenir le tournant du match car Montauban rentrait aux vestiaires avec seulement 6 points de retard.

Au retour, le match reprenait avec la même intensité. Le tournant du match allait alors intervenir avec l’expulsion du pilier remplaçant de Montauban après une percussion épaule contre tête sur Guillaume Rouet. Les espaces s’ouvraient et à 14 contre 13, chaque équipe continuait à se battre avec vaillance pour ne pas hypothéquer leur victoire. Chacun à tour de rôle prenait les poteaux pour des pénalités réussies, le match s’emballait, le jeu d’occupation s’installait et les Bayonnais recommençaient à faire feu de tout bois. Un vrai suspens, une intensité de phases finales ou chacun rendait coup sur coup. Un grattage de Torsten van Jaarselfd permettait encore une fois à notre sérail marqueur, Remy Baget d’aller  sous les poteaux pour un essai libératoire.

La victoire était là et allait perdurer jusqu’au bout.

BRAVO messieurs les joueurs. Vous avez rempli de nouveau votre contrat et vos supporters vont pouvoir vivre une foire au jambon de folie.  Vous avez répondu présents et nous saurons vous le dire lors de la réception des vaillants bretons. Un match encore difficile qui va demander les mêmes valeurs que vous avez montrées à Sapiac. On compte sur vous et 

ne mangez pas plus d’un jambon chacun !

AUPA BAIONA

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.