Un grain de sable peut tout enrayer mais il ne tombe que rarement sur la même personne

Au printemps 2022, après une finale totalement maitrisée, l’Aviron Bayonnais s’est de nouveau invité à la table des grands chefs du top 14 ! 13 tables prestigieuses dans tout l’hexagone avec des centaines de Meilleurs Ouvriers de France catégorie RUGBY. Des « MOF » dans chaque équipe qui vont ravir les yeux des supporters pour leur plus grand plaisir en ne souhaitant qu’une chose, « que nos apprentis cuisiniers se mettent au niveau et rivalisent à chaque match ».

Les premières préparations avaient déjà confirmé cet état d’esprit et la Brigade de Grégory Patat allait pouvoir démontrer ce collectif et ce soutien sans faille de tous nos « petits » quelque soit leur fonction au sein de la brigade.

Notre chef Camille Lopez, nouveau transfert, allait démontrer ce que cherche tout staff, un leader, capable d’influer sur le résultat d’une recette , capable de faire fonctionner les divers ingrédients et d’insuffler un esprit de combattant, de conquérant et d’humilité.

Mais en face,

Un autre Chef, MOF et Capitaine de l’équipe de France avait aussi la volonté de gagner ce premier duel disputé sous le chaud soleil méditerranéen. Deux recettes gastronomiques allaient départager les Brigades avec un temps chronométré de 40 Minutes. Nos « petits » affrontaient alors un gros bras de ce championnat face à une équipe postulant au TOP 6 de la haute gastronomie, Pas moins de 3 Macarons!

Il fallait arriver tôt pour assister au premier exploit de nos petits avec cet essai magnifique de Jacquelain sur un subtil coup de pied de notre chef nouvel international Remy Baget. Le duel s’annonçait plaisant, intensif et plein de belles actions. Profitant du soleil et du vent, les Toulonnais prenaient la main et l’avantage avec un essai et des pénalités. Notre Brigade loin de démériter faisait bloc et allait par un essai et un drop surprise emporter cette première épreuve. Et si rien n’était gagné , le projet de jeu, la vaillance, l’engagement, le collectif et la détermination de « nos petits » confirmaient les entrainements, les matchs amicaux et la valeur de management de notre staff.

pour ce deuxième affrontement le choix de la recette gastronomique confirmait  la réussite de notre brigade qui nullement complexée allait tout logiquement se détacher avec un essai là aussi sur un subtil coup de pied de notre chef Camille pour Rémy malgré Luc ancien de la maison Bayonnaise.

 

Si les erreurs techniques ou les mauvaises inspirations peuvent se rattraper en Pro D2, cela n’est pas possible en Top 14 avec autant de « MOF » au sein de la brigade Toulonnaise. A la 50ème minute, la sortie d’un de nos « petits » allait conduire à une triste réalité, il est difficile de jouer à 14 et 3 essais de belles factures allaient projeter la brigade toulonnaise vers un résultat positif. Après avoir fait jeu égal et régaler pendant plus de 50 minutes, le banc Bayonnais  cédait devant le banc toulonnais.

Je ne commenterai pas cette image car elle parle pour elle et La VAR n’est jamais intervenue si ce n’est pour dire qu’il n’y avait rien. Qui pouvait bien être l’arbitre video !

comme le soulignait notre capitaine de brigade, « Pour gagner des matches à l’extérieur, notamment à Toulon, une équipe qui va viser le Brennus, il faut être précis. On s’est donné le droit d’y croire pendant 50 minutes. On a une opportunité à cinq mètres de leur ligne pour enfoncer le clou. On ne la saisit pas. On n’a pas su le faire. On voit aussi les dégâts que ça fait quand tu prends un carton jaune (NDLR : Mikautadze, 53e). Derrière, on prend trois essais et la marée toulonnaise. À 14, c’est trop compliqué. On est à Toulon, j’insiste ». Du travail donc en perpective, de la volonté de remédier à cela et surtout ne pas renoncer à croire ! L’ensemble des médias sportives soulignaient la bonne impression de notre brigade qui a longtemps tenu la dragée haute aux « MOF » varois.

Guillaume Rouet sur interview, « C’est à nous de vite gommer toutes ces erreurs. Si on veut espérer ramener des points à l’extérieur et même à la maison le week-end prochain, contre le Racing. Il faut apprendre, mais apprendre vite parce qu’on enchaîne dix matchs ». 

Comme Camille Lopez qui « On a découvert le haut niveau. Le Top 14 est fait de petits détails. Aujourd’hui, il y en a beaucoup trop en notre défaveur. Il y a des bonnes choses jusqu’à la 53ᵉ minute et même en première mi-temps. Mais dans l’ensemble, il y a des petits détails qui ne vont pas.On a réussi à scorer. On fait des choses bien et derrière sur chaque coup d’envoi, on rate la réception. On ne fait aucune bonne sortie de camp, à aucun moment, tu valides et tu laisses cette équipe de Toulon se remettre dans le match, venir chez toi sur le coup d’envoi. Une pénalité, 3 points. Une pénaltouche, cinq points, ou sept. On marque cet essaie en début de 2nde mi-temps et on se dit « c’est maintenant qu’il faut appuyer, on peut essayer de leur mettre la tête sous l’eau et tu ne le fais jamais. » À aucun moment, tu n’es capable de valider des points que tu marques […] C’est le haut niveau et il faut qu’on apprenne vite. Mine de rien, on en a pris 40. On en a mis certes 25, mais au finale ça fait zéro point. Et tous les week-ends, on va rencontrer un rouleau compresseur. Le Racing, samedi prochain, il faut vite apprendre pour engranger des points. »

La saison commence tout juste et malgré la défaite , les satisfactions sont là aussi. On y croit, on garde confiance à notre Staff, à nos joueurs. Nous serons bien sûr nombreux pour le prochain défi, à vous applaudir, à chanter et à vous encourager. Allez « les petits » ne lâchez rien!

AUPA BAIONA

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.